Aromathérapie pour les animaux à Neupré Près de Liège et de Seraing

L’aromathérapie est une médecine naturelle, c’est de la phytothérapie dans sa version la plus puissante. Pour les chiens, les chats, les chevaux, et même pour les nouveaux animaux de compagnie (NAC), des traitements à base d’huiles essentielles peuvent se révéler d’une efficacité remarquable.

Toutefois, l’usage des huiles essentielles en médecine vétérinaire comme en médecine humaine ne doit pas se faire en automédication ou sans connaissance. Leur usage n’est pas anodin. Ces substances puissantes ont en effet des contre-indications ou des effets secondaires, il faut donc les utiliser savamment. Le Dr GABRIEL, vétérinaire spécialisé en aromathérapie à Neupré, vous donnera tous les conseils nécessaires pour l’utilisation des huiles essentielles pour vos animaux.

Situé à proximité de Liège, vous trouverez dans son cabinet vétérinaire des produits vétérinaires à base d’huiles essentielles. Si besoin, le Dr GABRIEL est en mesure de préparer lui-même le remède le plus adapté pour soigner votre animal grâce aux huiles essentielles Pranarôm, la meilleure qualité qui soit.

La phytothérapie vétérinaire, une médecine naturelle

La phytothérapie est la plus vieille solution thérapeutique du monde. En effet, de tout temps, animaux, puis hommes trouvent remède dans le monde végétal, ce qui fait de la phytothérapie la première des médecines.

Les peuplades qui vivent de façon intégrée à la nature comme les Aborigènes d’Australie, les Papous de Nouvelle-Guinée, les Pygmées des forêts équatoriales d’Afrique ou encore le peuple Zoé de la forêt Amazonienne puisent dans le monde végétal l’essentiel de leurs remèdes.

Ayant acquis une expertise considérable dans l’utilisation médicinale des plantes, cette pratique commence petit à petit à s’intégrer à la médecine occidentale.

mail
Contact
phone
Besoin de nous appeler ?
event_available
Besoin d'un rendez-vous ?

Découvrir la puissance naturelle de l’aromathérapie

Si la phytothérapie utilise la plante ou partie de plante telle que se présente (en fumigation, macération, décoction, emplâtre, tisane…), l’aromathérapie utilise, quant à elle, l’essence produite par la plante (c’est ce qu’on appelle « essence » pour les agrumes ou « huile essentielle » pour les autres plantes aromatiques).

C’est précisément dans ces essences que sont contenus les principes actifs qui donnent des valeurs médicinales à certaines plantes. Les huiles essentielles peuvent être considérées comme la « quintessence » des plantes aromatiques. Ainsi l’aromathérapie est une forme de phytothérapie dans laquelle on n’utilise que les principes actifs de la plante, et donc, contrairement à la « phytothérapie », si la « phyto-aromathérapie » est La médecine naturelle par excellence, ce n’est plus une médecine douce !

En effet, les huiles essentielles (HE) sont dotées d’une réactivité impressionnante qui nécessite une utilisation raisonnée, des connaissances de leur composition et un respect scrupuleux des doses et voies d’administration au risque d’effets indésirables pouvant être délétères pour la santé de votre animal.

La fabrication des huiles essentielles pour l’aromathérapie médicale

L’aromathérapie médicale consiste en l’utilisation d’huiles essentielles dans le cadre de soins portés aux animaux comme aux personnes.

Les huiles essentielles sont produites comme telles par certaines plantes, dites plantes aromatiques (+/- 10 % des plantes recensées dans le monde). Elles sont contenues dans des structures vésiculaires généralement microscopiques réparties dans la plante ou dans certaines parties (racines, feuilles, tige…). Puis, elles sont extraites par distillation, par entraînement à la vapeur d’eau ou par expression mécanique pour les zestes d’agrumes.

Le rendement en huile essentielle de la distillation varie fortement d’une espèce de plante à l’autre. Ainsi, pour faire 1 kg d’huiles essentielles de clou de girofle, il ne faut que 6-7 kg de boutons floraux, mais il faut presque 4 tonnes de pétales de rose de Damas (soit près d’un hectare de rosiers) pour en extraire 1 kg d’HE ! Ceci explique les différences de prix d’une huile essentielle à l’autre.

Une huile essentielle médicinale est donc l’essence distillée de la plante aromatique. Elle est composée en moyenne d’une centaine de molécules terpéniques (oxydes, aldéhydes, alcools) et aromatiques particulièrement actives.

Des soins vétérinaires à bases d’huiles essentielles à Neupré

De nouvelles « spécialités » commerciales sortent régulièrement dans le cadre de soins vétérinaires comme en médecine humaine, car depuis les années septante, on redécouvre l’intérêt des huiles essentielles.

En effet, avec l’avènement de la civilisation industrielle, la chimie de synthèse s’était imposée et le lobby de cette industrie n’a pas aidé à pousser plus avant les connaissances pharmacologiques des huiles essentielles. C’est pourquoi leur utilisation était tombée dans l’oubli dans nos civilisations modernes.

Cependant, aujourd’hui l’aromathérapie retrouve petit à petit sa place. En effet, l’usage des HE peut faire des merveilles, notamment dans des cas où les remèdes modernes ont échoué. Cependant, comme toute substance ayant des effets puissants, un usage inconsidéré peut exposer à des incidents lourds de conséquences.

Résistance bactérienne aux antibiotiques, mais pas aux pouvoirs des huiles essentielles

Même pas un siècle après la découverte par Fleming de la pénicilline (1928-29), il est de notoriété publique que nous sommes de plus en plus souvent confrontés à la naissance de souches bactériennes résistantes aux molécules de synthèse, les antibiotiques. Comme la chimie médicamenteuse tarde à trouver la parade avec de nouvelles molécules (et non pas par dixième génération de tel ou tel antibiotique, qui finiront toujours par générer de la résistance microbienne), on redécouvre les « vieux » remèdes.

Maintenant, grâce aux techniques modernes de chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectrophotométrie de masse, on peut analyser la composition des HE et ainsi expliquer par quels composés biochimiques ou associations de ces composés, elles ont tels ou tels autres pouvoirs.

Comme avec les antibiotiques, on réalise des « antibiogrammes » pour juger de leurs effets sur les différentes souches bactériennes, et on peut réaliser des « aromatogrammes » avec les HE. C’est ce qu’on appelle l’aromathérapie scientifique par opposition à l’approche empirique des anciens. En effet, les momies égyptiennes, par exemple, ont traversé les âges parce que leurs contemporains embaumaient leurs tissus avec des préparations de plantes aromatiquesc’est dire la puissance de leurs effets alors que les Égyptiens de l’époque ne maîtrisaient pas le principe d’extraction par distillation.

De nos jours, l’aromathérapie scientifique ouvre à la médecine naturelle une voie nouvelle vers la reconnaissance de son intérêt, de sa valeur et de son utilité première pour la santé des hommes, mais aussi celle de nos fidèles compagnons. C’est pourquoi, dans une société polluée de toutes parts, dans un souhait général de « retour à la nature », des firmes mobilisent, enfin, énergie et budgets pour développer des remèdes à base d’huiles essentielles.

Utilisation de l’aromathérapie en médecine vétérinaire

Selon leur origine végétale, les huiles essentielles ont de multiples pouvoirs.

Ainsi, en fonction de la plante, il est possible d’obtenir :

  • une huile essentielle antivirale,
  • une solution antibactérienne,
  • une huile essentielle antifongique,
  • une huile essentielle antiparasitaire,
  • un anti-inflammatoire,
  • un antidouleur grâce aux propriétés antalgiques de certaines huiles,
  • une huile expectorante ou un agent mucolytique,
  • une solution immunostimulante,
  • une huile essentielle apaisante… 

Chaque HE aura une gamme d’activité différente selon l’espèce végétale ou la partie de plante aromatique distillée. Même son origine géographique, le terroir en quelque sorte, influence la composition en composés biochimiques de l’huile essentielle. Par ailleurs, l’association judicieuse de plusieurs huiles essentielles permet d’obtenir une synergie pour élaborer des remèdes plus complets et plus efficaces.

Ainsi, les champs d’action des huiles essentielles en médecines vétérinaires sont multiples. Que votre animal souffre de problèmes de peau, d’une infection ou encore de problèmes respiratoires, les huiles essentielles peuvent contribuer à l’amélioration de son bien-être. Pouvant aussi être utilisée en cas d’infections urinaires, quelle que soit l’affection de votre animal de compagnie, vous pourrez compter sur les conseils de votre vétérinaire à Neupré, près de Liège.

Des remèdes à base d’huiles essentielles pour chiens, chats, chevaux et NAC

Dans votre clinique vétérinaire à Neupré, vous trouverez un large éventail de produits naturels à base d’huile essentielle pour soulager vos animaux de compagnie. Formé au Collège Européen d’Aromathérapie, le Dr Fabian GABRIEL, vétérinaire pour chiens et chats comme pour les poules, les reptiles et les oiseaux, est également à même de réaliser lui-même des remèdes spécifiques, adaptés à votre animal.

Grâce à son conseil, vous saurez ainsi quelles huiles essentielles sont à éviter pour vos fidèles compagnons, et celles qui permettront d’améliorer leur bien-être et de soutenir leur bonne santé.

Que vous ayez besoin d’une huile aux effets antalgiques ou que ce soit pour apaiser une inflammation ou encore lutter contre une  infection, prenez sans plus attendre rendez-vous avec le Dr GABRIEL. Il vous accueille du lundi au vendredi, de 9 h à 18h30 pour toute question relative aux bienfaits des huiles essentielles pour les animaux.

Enfin, il est à noter que le recours aux HE est compatible avec des traitements allopathiques conventionnels. L’essentiel étant toujours d’être le plus efficace et raisonné possible.

Consultez également :