Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Finalement, les blaireaux restent autorisés à vivre dans nos campagnes

Finalement, les blaireaux restent autorisés à vivre dans nos campagnes

Le 20 août 2013
Finalement, les blaireaux restent autorisés à vivre dans nos campagnesFinalement, les blaireaux restent autorisés à vivre dans nos campagnesFinalement, les blaireaux restent autorisés à vivre dans nos campagnesFinalement, les blaireaux restent autorisés à vivre dans nos campagnesFinalement, les blaireaux restent autorisés à vivre dans nos campagnesFinalement, les blaireaux restent autorisés à vivre dans nos campagnesFinalement, les blaireaux restent autorisés à vivre dans nos campagnes
Accusés à tord pour une somme de dégâts qu'ils n'ont pas commis, même s'ils en commettent, les blaireaux resteront temporairement autorisés à vivre. Mais "le système" est contre eux. Il est à revoir

Un répit pour les Blaireaux 

 

Comme annoncé dans une précédente lettre d’information de janvier 2013, le gouvernement wallon, sur proposition du ministre Di Antonio (travaux publiques, agriculture, de la ruralité, de la nature, de la forêt et du patrimoine –CDH-) envisageait de lever le statut d’espèce partiellement protégée* du blaireau afin de pouvoir permettre sa destruction pour le motif que devenus trop nombreux, ceux-ci causaient trop de dégâts aux cultures.

* l'Annexe 3 du décret du 6 décembre 2001 modifiant la Loi du 12 juillet 1973 de la Conservation de la Nature qui indique (Article 2) que cette espèce est partiellement protégée. Cette protection implique l'interdiction :

  • 1° de capturer et de mettre à mort intentionnellement de spécimens de ces espèces dans la nature ;
  • 2° de perturber intentionnellement ces espèces, notamment durant la période de reproduction, de dépendance, d'hibernation et de migration ;
  • 3° de détruire ou de ramasser intentionnellement dans la nature ou de détenir des œufs de ces espèces ;

à l'exception de la détention temporaire d'amphibiens ou de leurs œufs à des fins pédagogiques ou scientifiques.

La détention, l'achat, l'échange, la vente ou la mise en vente de ces espèces sont également interdits, ainsi que la perturbation ou la destruction des sites de reproduction des mammifères.

 

Finalement, après l’intervention de l’Entente Nationale pour la Protection de la Nature asbl et autres mouvements ou sociétés de protection ainsi que du parti Ecolo, ce projet a été abandonné. Mais quel était réellement le problème ?

Historique :

Entre 1967 et 1982, dans le cadre de la lutte contre la rage, 13 campagnes de gazage des terriers (Zyklon-B, Chloropicrine…) au sud du sillon Sambre et Meuse ont eu pour conséquence une quasi extermination des blaireaux. En effet, bien que ce soit l’espèce renard qui était essentiellement visée, -en fait jusqu’en 1973, les 2 espèces puis exclusivement le renard-, celui-ci ne creusant pas ses terriers lui-même mais squattant ceux des blaireaux parfois même en « colocation » avec eux, le gazage était non discriminatif. La population des blaireaux en Wallonie était tombé à +/- 10% de ce qu’elle était en 1960. Les renards étant des « coureurs  des bois », les survivants ont rapidement recolonisé les territoires laissés vacants. Mais les mœurs des blaireaux n’ont pas permis à l’espèce de reconquérir aussi vite l’espace. On estime qu’il aura fallu une trentaine d’années pour retrouver une population stable estimée à +/- 4500 individus. Pour autant, l’aire de répartition de l’espèce n’est toujours pas ce qu’elle était au début des années 60. Les populations sont essentiellement réparties dans le sud-est du pays. Le blaireau est encore rare et mal représenté dans le Brabant et en Flandre. Même en Wallonie, l’espèce est par endroit en régression sur plus de la moitié de son aire de distribution et c’est la croissance de sa population en Ardenne qui masque ce problème. Bref, la vigilance reste de mise d’autant que le blaireau souffre maintenant d’une forte mortalité routière, ce qui n’était pas le cas fin des années 70-début 80.

En 2012, l’augmentation exponentielle des indemnisations des dégâts aux cultures (x6 !!!, de 67.000 à 400.000€ en 2012) attribués aux blaireaux pouvait faire penser qu’une augmentation exponentielle de la population en blaireaux de nos campagnes en était la cause. Cependant les études de suivi des populations menées par l’Unité de Recherches Zoogéographiques de l’ULg démontrent qu’il n’en est rien. Alors pourquoi une telle augmentation de dégâts (et donc indemnités) attribués aux blaireaux ?

La réponse est dans le système lui-même.

En effet, il faut savoir que la Région Wallonne prévoit le versement d’une indemnité à tout agriculteur qui aurait subit des dégâts dus aux blaireaux ou du moins « attribués » à ceux-ci. Par ailleurs, il est évident que les populations de sangliers sont excédentaires et par endroits, la situation est devenue ingérable par les organisations de chasses dans les conditions qui leur sont permises d’exercer la régulation. Les dédommagements des dégâts attribués aux sangliers sont du ressort du domaine privés, c.-à-d. des chasseurs et de plus, ces dédommagements prennent un « certains » temps. Il est aisé de comprendre que les sociétés de chasse font le maximum pour payer le moins possible et faire trainer les choses. D’autant que la responsabilité de la surpopulation en sangliers (et donc des destructions qui y sont liées) ne peut pas être imputée aux seuls chasseurs (le modèle agricole peut est aussi être mis en cause)…mais ils sont les seuls à payer…

La méthode de remboursement automatique par la Région Wallonne lorsque l’attribution des dégâts est mise sur le compte des blaireaux a donc également la préférence des agriculteurs. On saisit donc que leurs intérêts communs se rejoignent. Par ailleurs, les experts consultés pour déterminer à qui de ces animaux attribuer les dégâts sont pratiquement toujours issus du monde de la chasse. Manifestement, il y a conflit d’intérêt.

Conclusion : Un groupe de travail doit être formé pour élucider ce « mystère » sur les causes de l’augmentation des indemnisations de la RW et sur les mesures à mettre en place. Une réflexion sur la formation des experts réalisant les analyses de terrain doit également avoir lieu. Affaire à suivre attentivement…

Plan d'accès

19 rue des Moges 4120 NEUPRE

Voir le plan d'accès
Urgences

Service de garde et urgences; soirées nuits, week-end et jours fériés.
Disponible et joignable, 24h/24, 7j/7 | D'abord téléphonez au N° 0475-890.644

En savoir plus
c